Sunday, December 27, 2009

Nouvel an et de petites vacances



Meilleurs voeux! Merci à tous de me lire, de me traduire, pour la solidarité que vous m'apportez aux momments difficiles - qui sont les plus durs et où on est davantage seul. À tous ceux qui partageons cet espace virtuel je souhaite une belle et bonne année, et surtout une année de changement, de ce changement que nous sommes à attendre. J'aimerais qu'en 2010 Octavio Cerco cesse d'être un cri de liberté sans liberté et en devienne un de liberté dans la liberté.

Je vais prendre de petites vacances jusqu'au premier de l'an, je laisse une affiche représentative de l'ambiance de noël ici à La Havanne. [Texte sur la photo : devant la crise mondiale capitaliste "... nous n'avons d'autre option que de nous unir pour lui faire face". Raúl Castro]

JOYEUX NOËL ET BONNE ANNÉE

Note: le blogger Luis Felipe à été libéré de sa garde à vue, j'espère que cette fin d'année la bloggophère pourra dormir tranquille - c'est dommage qu'à la sécurité de l'état on ne prenne pas de vacances, et pourtant ils en ont besoin.

Traduit par S.J.B.

Thursday, December 24, 2009

Noël



Je ressens un mélange de nostalgie et de joie à chaque fois que l'année finit, ça peut sembler ridicule, cependant je suis de celles qui adorent noël. C'est peut-être du à l'absence de décorations de noël où je me vois, au manque de joie et dans beaucoup de sens l'apathie culturelle qui dans mon pays a trait à cette fête mondiale.

Nous n'avons même pas pu célébrer le changement de siècle, puisque Fidel Castro se trouvait dans son étape mathématique et il a décidé que le nouveau siècle commençait en 2001 et non pas à l'année zéro. Un seul homme a privé 11 millions de changer de millénaire. L'année d'après, evidemment, personne ne célébra le nouveau XXIe siècle, c'était ridicule.

Un groupe d'amis refusons de traiter le 24 décembre comme un jour sans plus. Depuis près de dix ans nous nous réunissons pour dîner et nous jouons à la normalité, à la famille unie, aux amis proches. Il est impossible de ne pas remarquer les pertes tous les douze mois : il y a une dizaine d'années nous étions quinze, cette année nous serons sept et nous savons déjà que de ceux-là deux ne seront pas au suivant 24.

Je continuerais d'attendre - le temps qu'il faudra - le jour où nous serons à nouveau quize : le changemente de siècle je le laisse à mes petits-enfants, je leur confierai la tâche de le célébrer au nom de leur grand-mère, qui a vécu quand le temps était édité par un homme.

Traduit par S.J.B.

Wednesday, December 16, 2009

Solos

Elle se lève chaque matin à 5h du matin. Ramasse son sac à dos et va se battre pour les différents types de transport qui peuvent la rendre jusqu’à son travail : la ville de Caimito. Comme il n’y a que quatre médecins, elle est de garde chaques 2 jours – sans être payé – et elle retourne à sa maison car le bureau de médecine familiale où ils l’ont assigné n’a pas de porte.
Même s’ils ne sont pas inclus parmi ses patients, elle prend soins des habitants du quartier Llega y pon* du coin. Dans cette région le travaille est plus difficile, personne n’est enregistré alors… ils n’existent pas : les enfants n’ont pas de lait, les personnes âgées n’ont pas de régime spéciale, la lumière électrique est un rêve doré et le mot hygiène est un blasphème. Elle a tenté des actions mais s’est toujours butée au mur bureaucratique : Ils doivent retourner à leur ville d’origine, même les nouveaux nés, qui dans ce cas veut dire la ville d’origine de la mère.
C’est l’une des histoires les plus tristes que j’ai entendu, chaque fois que quelqu’un me parle de naissance et de soins primaire, le bidonville me revient en tête. Grandir entouré par les grandes villes et sembler être, pour le gouvernement, inévitable. En parlant de ce sujet, un ami médecin m’a dit que dix enfants sans lait ne permettaient pas de questionner les soins de santé Cubain. Mais, pour moi, ni un médecin, ni un politician. Je me demande comment un État se disant socialiste, se permet le luxe de laisser des enfants comme ceux-ci exister?

Thursday, December 3, 2009

Regina



J'ai fait la connaissance de Regina quand elle m'ouvrit la porte de sa maison une nuit à 11 heures. Je suis arrivée avec une mission: réparer l'ordinateur de son époux, l'écrivain Rafael Alcides. J'étais prête à formater et reinstaler Windows, mais le système était dans un disque de 5G défectueux, la tour de CD ne marchait pas et les ports externes ne reconaissaient rien. Je n'ai pas eu autre choix qu'accrocher mes gants et passer "le mort" à Ciro. Nous avons fini à cinq heures du matin.

Les longues heures que j'ai passée par terre entre des câbles et des morceaux de motherboard m'ont servi pour rencontrer toute la famille. Je me souviens d'une soirée merveilleuse et j'espère que cela se repétera sans l'excuse d'une machine brisée.

Alcides et Regina n'ont pas de téléphone. Chaque fois que veux leur dire quelque chose je dois remonter arrière dans le temps et me rappeler qu'aucun câble de télécommunications n'arrivé encore jusqu'à la petite maison de Nuevo Vedado. Un de ces jours, je vais leur envoyer un télégramme, pour essayer.

Regina a voulu s'ouvrir un blogue. Avec son serveur de Wordpress offline dans l'académie elle a appris comment accrocher un banner, ainsi qu'à publier des entrées et insérer des photos et hyperliens. La Mala Letra, son "journal de bord", a vu le jour dans le cyberespace le 11 novembre. Je vous laisse un petit paragraphe du blogue d'une femme que, non pas sans Internet, sinon même sans téléphone, a trouvé le moyen de s'exprimer dans la web 2.0:

"cela fait quelque temps que je considérais l'idée d'écrire, mais la perception de ne pas être importante, d'avoir une opinion irrélevante pour tous -à l'exception de ma famille et amis, et surtout, de n'avoir pas le pouvoir d'influencer sur les événements, me faisait désister une fois et une autre fois. Depuis que je me suis décidé je vois des signaux presque partout. C'est dans ce sens que l'article-essai Pourquoi "blogue"-je? d'Andrew Sullivan, est devenu une sorte d'illumination. Comme j'habite à Cuba, je souris quand je lis que Sullivan fait l'actualisation de son blogue plusieurs fois par jour. Étant très optimiste, je pourrais le faire deux fois par semaine. Je n'ai jamais vu un blogue en personne. Il y a six mois on m'a présenté l'Internet en directe et ce, de manière très fugace. Ainsi, je cours le risque d'être en train de faire un peu plus de la même chose mais, si j'ai bien compris, peu importe: si j'aide quelqu'un ou quelqu'un m'aide, je suis en train de me faire des amis, ou au moins je me fais des "liseurs".


Traducteur: I. Alba

Sunday, October 4, 2009

Bluetooth


Photo: Leandro Feale prise de la série Objets et Protraits

La technologie est devenue le truc le plus non-conformiste et dangeureux de l’Île : Les ordinateurs, les mémoires flash et les cartes SIM sont les nouveaux héros de la liste noire de la sécurité d’État. Sortir une caméra dans un endroit en conflit est devenu plus difficile que de crier « À bat Fidel » dans un autobus. Pour l’État, l’Internet n’est pas un média de communication au service des citoyens, c’est une arme de « contre-révolution ». Nous en sommes venu au point que le progrès est devenu un risque au statut quo.

La bonne chose est que le progrès est inhérent à la société. Comme un ami me disait, « Il n’y a plus personne qui peut l’arrêter maintenant. » Les sonneries de cellulaires qui circulent par Blutooth sont irrésistibles : El Commandante criant, « RÉPOND AU TÉLÉPHONE PUTAIN! », la musique de la série Jour et Nuit, l’Hymne Nationale, le refrain de la chanson « Si se va a formar que se forme », des enregistrement de la police. Bref, de l’humour et le manque de respect sont des armes pour combattre la peur; et la technologie, un moyen de rire dans regarder derrière soit.

Voici un lien pour les sonneries de cellulaire.

Friday, October 2, 2009

Des pilules pour ne pas rêver*


Photo: Claudio Fuentes Madan

Vous passez la porte du bureau du medecin et le psychiatre le sait déjà – Tenez, prenez ceci pour que vous puissiez commencer à résoudre le problème pendant que nous stabilisons le traitement : imipramine avec trifluopérazine – Voilà votre tour pour l’antidépresseur nationale. Peu d'évasion: méprobamate, nitrazépam, l'amitriptyline, le méthylphénidate, le phénobarbital, PV2 et, pour ceux qui en ont les moyens, le Prozac. Il y en a pour tout les goûts, des pilules pour oublier, pour ne pas détester, pour dormir, pour ne pas dormir, pour rire, pour ne pas rêver, pour ne pas penser, pour être fort, pour être faible et pour vivre indéfiniment dans le état mental près du nirvana, ressemblant d’un certain point de vue à l’état mental de nos dirigeants.

Pour un retraité avec une pension de 200 pesos, le marché noir est bien ravitaillé mais dispendieux. Néanmoins, le médecin de famille n'a pas le courage de refuser une prescription de méprobamate, qu’elle a aussi pris avant de prendre le bus pour aller au travail. D’autres survivent avec un étrange mélange : PV2(un stimulant) et amitriptyline (un antidépresseur) le matin ; et méprobamate (un sédatif et relaxant musculaire) avec du nitrazepam (un barbiturique) la nuit… une bombe de bonheur.

Je ne prétend pas connaître les statistiques, mais je ne connais aucune femme agée de plus de 40 ans qui ne vit sans méprobamate ou trifluopérazine ; parmis les hommes, l’imipramine est plus en demande bien que l’alcool cause d’important ravage. Comme on s’y attend, ceux qui travaillent pour 300 ou 400 pesos par mois, de huit heure à 17 heures, faisant rouler difficilement l’innéficiente roue de la bureaucratie d’État sont les plus accros. Une amie qui n’a même pas encore 30 ans m’a dit l’auyre jour quand elle m’a rendu visite :
- N’as-tu pas du méprobamate ici pour me relaxer avant la fête ?
- Bien sûr que non, et de toute façon ils y aura de l’alcool à la fête, ca te relaxera.
- Le méprobamate me relaxe encore plus.

*extrait d’une chanson de Joaquin Sabina

Monday, September 28, 2009

Du petit tiroir à souvenirs


Photo: Claudio Fuentes Madan

Dernièrement, j’ai parlé a des journalistes qui m’ont dit que des gens parlaient d’une nouvelle Période Spéciale*. Heureusement il ne m’arrive pas d’entendre ces commentaires effrayants, mais je me souviens de quelques détails de ce que c’était pour moi, dans mon esprit d’une petite fille de six ans, l’apocalypse.

La première fois que j’ai entendu ces deux mots c’était à l’école élémentaire pendant que j’attendais les biscuits et la liqueur douce pendant la pause quand un ami nous a annoncé dramatiquement que « Nous n’aurons plus jamais de collation ». J’étais un peu « grassette » dans ce temps et cette nouvelle m’avait réellement affectée. Ce qui me fît répliquer un « Pourquoi ? » typique d’une fille de mon âge. La réponse, tout aussi typique, ne m’en disait pas très long « Nous sommes dans une Période Spéciale ».

Pour quelques mois cette « Période Spéciale » était, pour moi, la jeûne entre le petit déjeuner et le déjeuner. Avec le temps, j’en ai élargi le concept quelque peu : je n’ai pas de soulier, je n’ai pas assez à manger, voir ma maison s’auto-détruire et ma mère et mon père désespérés. Ce dernier était le plus étrange de tous. Dans ces années les deux étaient militaires et je ne les ai jamais entendus faire des commentaires révolutionnaires. Ils ont enduré stoïquement et la seul chose qu’ils ne m’ont pas cachés était de parler de « l’option zéro ».

Le temps passa et 1994 arriva, encore plus confondant. L’explication la plus commune pour voir des radeaux passer devant ma maison chaques jours était typique : des contre-révolutionaires. Le video des émeutes du Malecon que j‘ai vu à 11 ans chez ma tante et mon oncle, pendant que tous donnait son opinion – ils étaient tous du partie – me disait que quelquechose s’était passé dans ces rues que personnes ne parlait. Je ne sais pas pourquoi ils m’ont laisser regarder ceci, Je suppose qu’il n’imaginait pas que je ne pourrais lire entre les lignes.

Dans ce temps le dollar était légalisé mais c’était 2 ans avant que je puisse en voir un à la maison. À l’école élémentaire j’étais relégué dans une nouvelle classe mais pour moi la « Période Spéciale » ne s’est jamais terminé. Les enfants achetaient de la crème glacée dans une boutique en devise étrangère près de l’école et quelques parents vendaient des friandises à l’entrée. Un jour, je suis retourné à la maison et dit à ma mère :

- Maman, donnes moi de l’argent pour acheter de la crème glacé à la récréation.
- Je n’ai pas d’argent.
- Ne ment pas, tu travailles de 8h à 19h. Tu dois avoir de l’argent que tu ne veux pas me donner.

Ma mère ne m’a pas répondu, mais elle a préparer un petit discours, plus tard, expliquant que l’idée d’un « salaire en monnaie nationale »; à l’époque le dollar était à 120. Elle m’a dit plus tard et j’ai dit :

- Maman, je sais ce que tu dois faire pour gagner de l’argent : tu dois vendre des friandise devant l’école.

Quand les gens me demandent si je veux des enfants, c’est ce type de dialogue mère-fille qui me revient en tête et que je veux absolument éviter.

Note : Aldo, des Aldeanos, a été relâché, Ils l’ont menaces mais à la fin lui ont redonnéson ordinateur et l’ont laissé allé sans porter d’accusation.

Saturday, September 26, 2009

Le citoyen indépendant


Photo: Omni-Zona Franca, Luis Eligio.

Des larmes noires sous ses yeux et un T-Shirt, aussi noir, avec deux slogans écrit dessus : Devant « Il n’y a pas de paix sans liberté », et dans le dos, « Blocus interne, blocus externe. Jusqu'à quand ? ».

Il est venu seul sur la Plaza dimanche et pour quelques secondes il n’était qu’une personne de plus. « Je suis allé vois mon concert », me dit-il quelque peu embarrassé quand je lui ai demandé pourquoi il ne m’avait pas téléphoné. Comme performer a formé une partie de son quotidien depuis plus de 10 ans, il a, une fois de plus, décidé de porter son art.

Il l’ont embarqué de force dans la voiture de patrouille, avec l’inévitable blessure au cou dû à la brutalité du geste. Plusieurs postes de police, toujours par la porte de derrière – La porte utilisé pour ceux qui n’ont pas commis de crimes mais se font incarcéré tout de même. Plusieurs sessions d’interrogation avec des questions absurdes qui ne démontrent pas leur position modéré : La police National Révolutionnaire est au cœur de la bataille, en alerte ROUGE contre un ennemi invisible qui est potentiellement chacun des habitants de cette île.

Luis Eligio a eu le courage de se rendre à la Plaza avec le symbole qu’il porte à l’intérieur imprimé sur ses vêtements. Il a eu le courage d’accepter sa décision, librement former ses décision sur sa propre conscience et de plus, il a eu l’immense pouvoir de se voir comme un être unique et indépendant, responsable de ses idées et de son travail. Par contre, il a aussi eu la bonne fortune de ne pas ressentir la force brutale des organes répressifs se lançant toute leur furie sur sa peau, et c’est certainement quelque chose que je veux éviter aussi. S.T.P. Eligio, la prochaine fois téléphone-nous, à tout le moins parce que nous croyons que si nous sommes plus, nous pouvons te protéger.

Wednesday, September 23, 2009

Pésele a quien le pese: EsKoria y Porno Para Ricardo en concierto


Il semble que cette année Porno Para Ricardo ait brisé son record de concerts offerts, cela arrive quand les autorités présume que vous n’existez pas publiquement : Soudainement vous n’êtes pas ou, et c’est la même chose, vous êtes libres. Alors Porno Para Ricardo est venu à un endroit à l’extérieur de la Havane.

Quand ils ont terminés de jouer les 2 groupes musicales ont dit aux organisateurs : Et maintenant nous voulons la Havane juste pour une journée, pour avoir un public et un espace comme vous avez. Bien sût qu’il s’agît d’un oasis au milieu de l’enfer, vous mettez un pied à l’extérieur du site et la police arrive.

Voici plusieurs photos et un video du concert. J’espère que je peux toutes les afficher, j’ai mis un long travail à les choisir.




Monday, September 21, 2009

Le jour du concert arrive



Le ciel s’est couvert autour de 16h, c’était la seul chose qui manquait pour me sentir parfaite. Je crois que Juanes à donné son concert pour la paix et la liberté, à tout le moins tous ceux qui était présent l’ont ressentis (Sachant que ceux qui devaient travailler du lever au coucher du soleil ne se sentait pas libre).

J’ai bien aimé entendre sur la place des mots comme « changement », « le futur est à vous, les jeunes », « Libérez Cuba », « Exil » et « La famille cubain unie » entre autre, certains sur le podium étaient plus libre que d’autres, car la liberté quelques fois est un choix personnel, d’autre le laisse passé.

Après le concert un ami m’a dit que plusieurs n’ont pas pu participer : des pressions, de la censure, d’autres n’ont même pas pu entrer à Cuba et trop de gens souffrent en prison. C’est vrai, mais il est aussi vrai qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, et nous ne pouvions demander à Juanes de recréer le miracle de la multiplication du pain et du poisson; il en a fait assez, pour quelques heures teinté « L’œil de Sauron » en blanc.

Sunday, September 20, 2009

Le droit de dire « Non »


*Manifeste du Congrès pour la liberté de la culture, Berlin 1950. Extrait de « Anatomie d’un mythe et autres essaies** » par Arthur Koestler.

1. Nous tenons comme allant de soi que la liberté intellectuelle est un des droits inaliénables de l’Homme.

2. Une telle liberté est définie, avant tout, par le droit de l’Homme à pouvoir exprimer ses propres opinions et, en particulier, des opinions qui différent de celles de son gouvernement. Privé du droit de dire « NON », l’Homme devient esclave.

3. Liberté et paix sont inséparables. Peu importe le pays, peu importe le régime, l’immense majorité des peuples sont effrayés par la guerre et y est opposé. Le danger de la guerre devient aigu quand, sur la suppression des institutions représentatives démocratiques, le gouvernement renie le droit à la majorité d’imposer ses objectifs de paix.

La paix peut être maintenue si chaque gouvernement est sujet à un contrôle et une inspection de ses actes par un représentant du peuple qu’il gouverne et quand il accepte de soumettre tous les griefs impliquant les dangers immédiats d’une guerre à un représentant de l’autorité internationale, dont il respectera les décisions.

4. Nous estimons que la principale raison de l’insécurité mondiale actuelle se trouve dans les politiques gouvernementales qui, bien qu’ils clament la paix, refuse d’accepter ce double contrôle. L’Histoire tend à prouver qu’il est possible de préparer et faire la guerre en vertu de n’importe quel slogan incluant celui de la paix. Les manifestations pour la paix non supportés par des actions qui garantissent son maintient sont comme de la fausse monnaie mis en circulation avec des intentions malhonnêtes. La sécurité physique et intellectuelle peut revenir dans le monde seulement si ces pratiques sont abandonnées.

5. La liberté est base sur la tolérance de la divergence d’opinion. Le principe de la tolérance ne permet pas de façon logique la pratique de l’intolérance.

6. Aucune philosiphie politique ou théorie économique ne peu réclamer le droit de représenter la liberté dans l’abstrait. Nous estimons que nous devons juger de la valeur de telles théories par des mesures concrètes de liberté en accord dans la pratique de chaques individus

Nous estimons aussi qu’aucune race, nation ou religion ne peut réclamer le droit exclusif de représenter l’idéologie de la liberté, ou le droit d’interdire la liberté aux autres groupes ou foi au nom de n’importe quel idéologie fondamentale ou n’importe quel but soi-disant noble. Nous estimons que nous devons juger la contribution historique de chaque société par l’étendu et la qualité de sa liberté que son peuple est en mesure de jouir.

7. En cas d’urgence, des restrictions de la liberté individuelles sont imposé au nom de l’intérêt de la communauté, vrai ou perçu. Nous estimons qu’il est essentiel que ces restrictions soient réduites a un minimum d’actions clairement définis, qu’ils soient considérés comme temporaires et de limités, des sacrifices et que les mesures restrictives à la liberté en cas de mesurent d’urgence ne dégénèrent pas en une tyrannie permanente.

8. Dans les états totalitaires, les restrictions à la liberté ne sont pas reconnus, ou publiquement considérés comme des sacrifices imposés au peuple mais, au contraire, ils représentent le triomphe du progrès et l’accomplissement d’une civilisation supérieur. Nous estimons que les deux théories et pratiques de ces régimes affectent les droit de base des individus et des aspirations fondamentales de l’humanité en un tout.

9. Nous estimons que le danger d’un tel regime est beaucoup plus grand depuis que leur tendance à s’imposer dépasse tout autre tyrannie connue dans l’historie de l’Homme. Le citoyen du régime totalitaire doit – et est obligé – non seulement de se retenir d’insulter, mais de se conformer à toutes les actions imposé par le moule. Le peuple est persécuté et condamné sur les bases d’accusation mincement spécifié et étiquetté comme « ennemie du peuple » et comme « élément social sans confiance ».

10. Nous estimons qu’il ne peut y avoir de monde stable aussi longtemps que l’humanité restera divisé sur le respect de la liberté, « ceux qui ont » et « ceux qui n’ont pas ». La défense de la liberté existante, la reconquête de ceux perdus (et la création de nouvelles) font partir de la même lutte.

11. Nous estimons que la théorie et la pratique des états totalitaires sont la plus grande menace que l’humanité ait possédé dans le court de l’histoire civile.

12. Nous estimons que l’indifférence ou la neutralité envers une telle menace est équivalent à une trahison envers l’humanité et l’abdication de la pensée libre. Notre réponse à cette menace peut influencer le sort de l’humanité pour des générations.

13.(La dépense de la liberté intellectuel impose une obligation positive aujourd’hui : à offrir une réponse constructive aux problèmes de nos jours).

14. Nous adressons ce manifeste à tous les hommes qui dont déterminé à regagner leurs libertés perdus, et de maintenir (et étendre) celles dont ils jouissent.

**Anatomie d’un mythe et autres essaies est plutôt connu en français sous le nom « le yogi et le commissaire ».

Saturday, September 19, 2009

Santa Clara – La Havane (2)

Image: Hamlet Lavastida, exposition de août 2009 dans une galerie privée.

Il était 6h du matin quand ils ont commencés à appeler les gens de la liste d’attente. Pour parler en faveur du terminus de Santa Clara je dois mentionner qu’il était bien éclairé. Celui de la Havane, par contre, a souffert pendant les 2 jours que j’ai du y passer (aller et retour), le terminus souffrait de panne généraliser qui ne me permettait même pas de vois le bold e toilette dans la salle de bain, qui se trouvait au sous-sol.

C’est à 6h30 que l’autobus quitta le terminus, mon siège, malheureusement, avait un un levier brisé qui m’empêchait d’incliner le dossier, et même s’il y avait des sièges vacants, le chauffeur ne m’a pas permis de changer de siège. Je suis quand même tombé endormi en une minute.

Dans mon rêve j’ai commence à sentir un étranger me sentir les pieds et les mains, accompagné par une chaleur insupportable. J’ai ouvert les yeux pour me rendre compte qu’il faisait jour, que l’autobus était arrêté en plein soleil, tout était fermé et un chien policier reniflait partout. Ca m’a prit 2 minutes pour me rendre compte que je n’avais pas rêver.

Une taupe avait téléphoné à la police de Colombus, à Matanzas, pour avertir qu’à bord de notre misérable autobus une malchanceuse personne avait eu la mauvaise idée de transporter du bœuf. Nous ne pouvions sortir, mais je ne comprenais pas pourquoi ils ne nous laissaient pas respirer non plus. Je ne connais rien à la mécanique de voiture, mais il me semble quelque peu étrange que parce qu’un véhicule de roule pas, l’air climatisé ne fonctionne pas non plus; je ne veux pas croire a un sadisme aussi grand de la part du chauffeur et de la police.

Ils ont sortis les bagages du compartiment pour permettre au chien de bien les renifler. Ca ressemblait à un film Mexicain et qu’ils allaient trouver 100 livres d’héroïne pure dans le coffre à gant. Soudainement le chien réagit, ayant trouvé ce qui semblait être l’objet de ses recherches : DE LA VIANDE. Un garçon avec une casquette blanche fût désigné suspect principal temporairement (il était le propriétaire de la valise), Ils sont sortis de l’autobus et le chien l’a renifler intensivement.

Malchance pour la police, de l’oxygène pour nous et de la frustration pour le groupe : la viande découverte était en fait du porc. Ciro ne pu s’empêcher de lâcher à l’attention de tous les voyageurs, « Qui était la taupe…eh? », le garçon se mit à rire nerveusement, les gens avaient de grands yeux et suaient à grosses gouttes, je suis retourner au pays des rêves en songeant qu’entre ma vie réelle et celle de mes rêves, l’absurdité se conjugue presqu’au présent.

Thursday, September 17, 2009

Santa Clara-Havana (1)

Image: Hamlet Lavastida, exposition de août 2009 dans une galerie privée.

Hier je suis revenue de Santa Clara dans un nouveau bus chinois Yutong avec air climatisé. L’attente et le voyage auraient pus être parfaits, mais malheureusement les institutions, compagnies et services de ce pays, dans lesquelles ils investissent des milliers de dollars, ne peuvent s’empêcher de nous choquer dans leur structure agonisante.

À une heure du matin je suis arrive à la station d’autobus de Santa Clara et je ne possédais pas de billet de retour (il est impossible d’en acheter un à la Havane). Je mets mon nom sur la liste d’attente pour le premier autobus à 6h. La liste d’attente veut dire que lorsque l’autobus arrive, ils appellent tous ceux qui n’ont pas de billet dans l’ordre de la liste d’attente et complète les sièges vacants.

La salle d’attente était presque vide, quelques enfants dormaient appuyés sur les cuisses de leurs mères et d’autres oscillaient de la tête sur des chaises de plastique extrêmement confortables; vous laissant croire que le designer ressentait une haine sombre et tordue envers la race humaine. J’étais surprise de pouvoir fumer et même de dormir par terre, mais comme il y avait des enfants, je suis allé fumer à l’extérieur et je ne me suis pas installé par terre car cela me semblait inhumain. J’ai déposé ma bourse sur la chaise à côté de moi et me suis étendu, ce n’était pas un lit, mais après une heure un appui-tête de terminus nous fait sentir comme au paradis. Malheureusement, le paradis sur terre est seulement pour les privilégié, l’agent de sécurité est entré dans la salle et me réveilla.

- Vous ne pouvez pas vous étendre sur la chaise à côté de vous.
- Pourquoi?
- C’est le règlement, si un inspecteur arrive il va me disputter.
- La loi est quelque peu fasciste, madame. Saviez-vous que la STASI* utilisait était de ne pas laisser dormir les prisonniers ? et aussi le fait de dormir sur le sol. Ca ne semble pas importuner l’inspecteur.
- Vous ne pouvez non plus laisser votre bourse sur la chaise à côté de vous, vous occupez un espace qui sert aux gens.
- Si quelqu’un arrive, je la retirerai, mais la chaise est libre, je ne crois pas que ca arrivera.
- Vous devez la laisser libre, c’est un usage abusif de la propriété social.
- Pardonnez-moi mais vous devez comprendre que ceci n’est pas un usage abusif, c’est absurde. Désolez je ne la déplace pas.

Je me mordais la langue pour m’empêcher de rire à propos de cet usage abusif de la propriété social. Je savais que je me causais du tort à argumenter avec un bureaucrate de l’état. Ces gens peuvent prendre les choses très sérieusement, ils gagnant un salaire minable mais ont le pouvoir absolu sur leur 5 mètres carré et ils l’appliquent avec la même force et le même abus de pouvoir que ceux qui possède le « Pouvoir Ultime Absolu », une sorte de revanche je suppose.

Elle est devenue hystérique et s’est mise à crier, me disant que je ne pouvais faire à ma guise, que le directeur ne pouvais tolérer ce type d’attitude, et « pour qui je me prenais », que pour mon « crime » ils retiendront pas son salaire car elle me tuerait avant.

- Excusez-moi ? Si je laisse ma bourse ils vont retenir votre paie ? La minute qu’ils vont commencer cela je la déplacerai.
- Personne ne prendra mon argent. Vous déplacé cette bourse parce que c’est un usage abusif de la propriété social ou bien je vous expulse d’ici.

Toujours en me retenant pour ne pas rire, je me suis prise à prendre la dame en pitié qui se fout maintenant de la bourse, mais a juste envie de m’envoyer à la figure toute la force de son pouvoir. J’ai regardé autour de moi et vue que les gens commençaient à sourire. Mais je ne peux m’empêcher de penser qu’une agente habillée de son uniforme brus- diarrhée, dans une station d’autobus à 3h du matin est la chose la plus triste au monde. J’ai essayée de la calmer.

- Regardez, j’ai déplacé mon sac, vous pouvez relaxer.
- Écoutez-moi, Si je vous vois que vous abusez de la propriété social ou que vous dormez sur la chaise, j’appelle la police et je vous amènerai moi-même à l’auto-patrouille par les cheveux.
- regardez, vous m’avez déjà réveillé et de toute évidence je ne me rendormirai pas, mon sac a été déplacé seulement parce que je ne veux pas que vous perdiez votre salaire, mais d’un autre côté ne me menacez pas, je n’ai pas peur de la police. Et, si vous telephonez à la station, laissez-le moi savoir, je veux entendre ce que vous direz pour avoir besoin d’une voiture de police à 3h du matin pour une fille qui a déposé sa bourse sur la chaise à côté d’elle, c’est un crime sans parallèle dans l’histoire humaine, j’adorerais entendre la réponse du policier en devoir.

Elle finie par partir mais elle était hors d’elle, continuant de crier a qui voulait l’entendre, et un moment donné elle s’est approchée de la fenêtre :

- Ce qui arrive est que je veux que vous voyagiez, c’est la raison pour laquelle je vous laisse aller.

J’ai du vraiment me retenir pour ne pas lui dire que : « J’ai aussi déplacé ma bourse pour vous aider, nous sommes quittes » mais j’ai eu peur qu’elle ait une attaque sur le champs. Elle a passée le reste du matin en me surveillant, réveillant quelques personnes qui dormaient sur leurs chaises avec comme résultat qu’autour de 5h30, la moitié des gens se roulait par terre sans dédain pendant que les plus scrupuleux fumaient silencieusement dans leur siège.

*STATIS : Ministère de la Sécurité d’État en République Démocratique Allemande créer le 8 février 1950 qui servait entre autre de service de police politique

Tuesday, September 15, 2009

Les petites choses qui rendent pire


Jeudi un homme de la compagnie de gaz est venu cogner à ma porte pour me dire qu’il devait changer le compteur et que je devais lui montré le reçu de mon dernier paiement. Après une heure de fouille et de chambardement dans la maison j’ai dû abandonner, je lavais égaré. Je descend et lui dit :

- Écoutez, je suis désolé, je n’ai pas le reçu.
- Alors je ne peux changer le compteur.
- Pas de problème ne le changez pas.
- Je DOIS le changer.
- ?...!

Ce qui est navrant est qu’il a quand même décidé de le changer et ce faisant, il a brisé un des vieux tuyaux. Il n’a même pas prit la peine de monter pour me le dire, car son équipe n’est pas celle de « réparation » seulement celle de « changeurs-de-compteurs », ni même essayé de nettoyer son dégât. Il m’a coupé le service de gaz, fait un rapport de rupture à la compagnie, qui en fît un rapport aux bureaux de-je-ne-sais-quoi, qui elle a envoyé l’équipe de réparation… en moins de 24 heures (ce dernier point tient de la science-fiction).

Vendredi après-midi, après plus de 24 heures sans pouvoir faire de feu, et tous savent ce que sa représente dans la grande vie des homo-sapiens, craignant l’arrivée terrible du weekend, j’ai décidé d’engager un réparateur privé pour résoudre mon problème. Ce qui st arrivé est que le gentilhomme de la compagnie de gaz n’a non seulement brisé un tuyau de ¾ de pouce sur 4 m et 20 cm de long, fait en zinc galvanisé qu’on ne peut trouver « même en priant ».

Un de mes meilleur et complaisant voisin, tellement bon qu’il croit encore dans l’Entreprise-Social-Perfectionné, a passé la journée à me tenir à jour concernant la compagnie de gaz a qu’il a téléphoné pendant 2 jours consécutifs. Je suppose qu’à un certain moment il a dit à la réceptionniste, poliment, d’aller aux diable, elle a invariablement répondue : C’est déjà fait, pour plus d’information téléphoné xxx (où on ne répond jamais).

Samedi après-midi nous avons pris le projet en main. Nous avons reconstruit le tuyau avec un autre trouvé sur le toît, connecté le reste de mon tuyau directement à la rue et, après beaucoup d’angoisse, fait du café. J’attends toujours qu’ils viennent changer mon compteur.

Sunday, September 13, 2009

Je Suis Fatigué des les Ecouter


Image: Luis Trápaga

Jusqu'à maintenant, j’avais complètement ignoré le problème, mais la chaudière ne peut aller aux puits qu’un certain nombre de fois avant briser: la mienne viens d’être brisé par Juan Formell.

Au-delà des dissertations sur les raisons différentes (pressions, menaces ou compromis) qui ont amené Carlos Varela, Amaury Pérez et Juan Formell à parler en mal de Porno para Ricardo en public, pour moi ce qui compte c’est la conséquence: le flip-flop, le double standard et le culot. Je me souviens qu'une fois il y a quelques années j'ai eu une discussion assez déprimante avec une amie qui m'a assuré que Silvio Rodriguez a probablement été élu à l'Assemblée nationale, parce qu'ils avaient menacé de tuer sa famille.

A cette époque, j'ai été insulté, mais aujourd'hui, il me fait rire de voir a quel point nous (le public admiratif et observateur) sont susceptibles de justifier l'attitude honteuse de certains de nos artistes et intellectuels. Je suppose que ce sont les mêmes justifications qui font de sorte qu'aujourd'hui, Pablo Milanes est connu pour ses déclarations en Espagne et non pour ses déclarations au bulletin de nouvelles sur la Télévision Nationale après son concert au Protestodrome: Le concert qui a fait de moi un révolutionnaire (ou quelque chose de ce genre), tandis que Gorki a terminé sa troisième journée en prison et Ciro a été interrogé par la Sécurité de l’État.

Comme la plaisanterie circule ici: avec un rôle de dix minutes dans le film Brainstorm, Alberto Pujol surmonté des mois d’avoir été El Tabo *. Avec un interviewer cinq minutes, Formall, Varela, Silvio et Pablo ont fait en sorte que, tandis que je continue à admirer leur travail en tant qu'artistes, je sois fatigué de les écouter (je n'ai jamais aimé Amaury donc je ne l’ai pas inclus dans la liste).

Thursday, September 10, 2009

Une Overdose Pour Mes Petits-Enfants: Popularité et Meilleur Blog



Ce premier concours de blogs cubains a été avant-gardiste dans beaucoup de choses, mais l'une des plus simples et pourtant la plus excitante, c'est que c'est la première fois qu'une blogeure lauréate de l'île peut participer à la cérémonie de remise des prix (sans avoir à demander la permission de quitter). Je pense bien sûr à Yoani Sanchez, qui s'est vu refuser le droit de prendre l'avion cinq fois en seulement deux ans.

Son prix pour le meilleur blog en langue espagnole au concours Bitácoras, un ordinateur portable, était le prix que j'ai reçu hier pour le meilleur blog. Heureusement, Orlando Luis a parlé le premier à la fin de la cérémonie et mon envie de pleurer a passé. Quand je suis venu dire quelques mots, don je ne me rappelle pas du tout, au moins je n’ai pas versé une seule larme, même si plus tard, on m'a dit que j'étais "rouge comme une betterave."

Une Ile Virtuelle a été rendue possible grâce à la persévérance des organisateurs et de la solidarité qui existe au sein de la blogosphère cubaine, à tous ces gens mes remerciements et mon admiration.



Wednesday, September 9, 2009

Concours Une Île Virtuelle

À un certain moment j'ai arrêté de regarder le scrutin en ligne du concours de blogs Une Île Virtuelle car ça me rendait nerveuse de gagner le prix de popularité [votés par les lecteurs] du premier concours de blogs tenue à partir l'île est la chose que j'ai l'intention, sans aucuns doutes, de dire à mes petits-enfants.

Je suis très heureuse et remercie tous les lecteurs qui ont voté pour Octavo Cerco. Si nous pouvions retourner en arrière à quand j'avais 8 ans et que j’étais en cinquième année, il n'y aurait pas moyen de convaincre mes camarades de classe qu'un jour je gagnerais quelque chose lié à la popularité, si je me l'étais dit il y a deux ans, encore moins.

Bientôt nous aurons les résultats du jury, le 09.09.09, à partir de ce petit espace de l'Internet dans une île sans Internet: Bonne chance à tous les concurrents, félicitations à tous les organisateurs (en particulier à Yoani Sánchez) et mille merci aux lecteurs, sans qui rien de tout cela n'aurait ne ferait du sens.

Tuesday, September 8, 2009

Procession de ka Vierge de la Caridad Del Cobre




Quand j'ai atteint l'Église je ne pouvais pas filmer parce que la seule chose que je voyais tout autour de moi était des dos. J’ai essayé de lever mon bras aussi haut que j'ai pu pour filmer à l'aveuglette, puis j’ai sentis une main attraper mon poignet et une voix inconnue disant à mon cou:

- Je vais te soulever afin que tu puisses filmer son départ.



Je ne pouvais même pas voir le visage de la fille qui m'a aidé, il y avait des milliers de personnes et même si le trafic n'avait pas été détourné pour la procession, les conducteurs prudents formaient une ligne dans rue Reina, attendant que ceux qui marchaient et acclamaient la Vierge terminent leur procession.



J'ai entendu dire, "Vive la Vierge de tous les Cubains," et "Liberté". Je ne les ai pas vue mais les gens disaient les Dames en Blanc étaient à quelques pieds de nous ... il y avait tellement de gens que je ne pourrais pas dire ce qui était de dix pieds devant moi. Lorsque je marchais derrière la Vierge je pensais à tous ceux qui, pendant des années, ont rêvé de se promener avec elle mais étaient interdit de le faire, et tous ceux qui ne pouvaient pas le faire aujourd'hui parce qu'ils ne sont pas libres de penser différemment.

Sunday, September 6, 2009

De Retour A Mon Proxy



Les gens qui lisent les blogues de Cuba en général le font sur vocescubanas. C'est plus facile parce que tous les bloggeurs sont réunis sur une même plateforme, vous ne devez pas passer beaucoup de temps à ouvrir plusieurs pages en même temps. Le temps sur Internet à Cuba c’est de l'or, soit parce que c’est très coûteux, parce que vous naviguez comme un "invité" grâce à un membre, ou parce que vous êtes au travail et vous profitez des quelques minutes lorsque vous savez que personne ne regarde par dessus votre épaule.

Une nouvelle plate-forme indépendante a donné de nombreux blogueurs la possibilité de gérer eux-mêmes leurs sites (Yoani Sanchez, Reinaldo Escobar et Miriam Celaya). Pour moi, précisément, ça a été le défi de l'administration de mon blog dans WordPress et la possibilité d'être, grâce aux logiciels gratuit d’être lue de l'intérieur de mon pays. Pour les autres blogueurs comme Pablo Pacheco, cela signifiait la certitude que ses articles seraient publiés et lus de La Havane.

Toutefois, depuis quelques jours, nous n'avons pas été en mesure d'entrer sur Voces de Cuba, ce blocus ne change pas nos conditions beaucoup: l'administration d'un blog est un luxe, et presque tous les blogueurs ont trouvé un ami qui l'aide de quelque part dans le monde où le gouvernement ne s’inquiète pas si ses citoyens naviguent librement sur Internet. Qu'il s'agisse de La Havane ou à partir du pôle Nord, nos textes continueront à être publiés, malgré la paranoïa du gouvernement.

Pour les lecteurs sur l'île: pour chaque « censurriste » salarié sur Internet, il existe dans le monde un hacker bénévole. Voces Cubanas s'ouvre par proxy, j’ai confirmé que ceux-ci fonctionnent à Cuba dès maintenant:

http://www.kroxy.net/
http://www.hidemyass.com/
http://www.ourproxy.com/
http://www.anonymouse.org/

Saturday, September 5, 2009

Des L'information au Sujet de ma Désinformation

Depuis plusieurs jours, Octavo Cerco n’a pas bien fonctionné. Même si je n'ai pas la moindre idée de ce qui se passe, en attendant, j’essaye de le réparer sans avoir trop de temps en ligne pour des raisons évidentes.

C'est peut-être une coïncidence si Septembre a commencé avec des problème: grâce à vous j'ai gagné le prix de popularité dans le concours Une Ile Virtuelle, ça fait une semaine que Voces Cubanas a été bloqué de l'intérieur de Cuba et maintenant ceci... ça doit être une coïncidence, ou peut-être l'astrologie.

Note du traducteur
Pendant plusieurs jours, la version espagnole (original) d’Octavo Cerco n'a pas fonctionné, elle ne montre que l'entrée la plus récente et la barre latérale est partie. Chers lecteurs ... Nous travaillons là-dessus!

Wednesday, September 2, 2009

Plus de Crises?



Photo: Claudio Fuentes Madan

Je marche dans la rue et la seule chose que j'entends, c'est la question des «magasins», il semble que la technique est infaillible. J'ai vu des documentaires sur les actions civiles pour faire pression sur le gouvernement et dans divers pays qu'ils ont utilisé un boycott économique pour forcer un changement politique (Afrique du Sud, Chili).

Qu'est-ce qui se passe me donne l'impression qu’à Cuba il y a une autre dynamique, le boycott économique est utilisé par le gouvernement pour faire pression sur nous, les citoyens. Il y a environ un mois que certains des magasins de monnaie convertible (les seules où vous pouvez obtenir une commande de base de marchandises) ont fermé et ceux qui sont encore ouverts se vident peu à peu. L'autre jour, je cherchais désespérément n’importe quelle sorte de détergent, et je suis allé dans un magasin où la seule chose qu'ils avaient était des étagères et des rayons de nettoyant à vitres (quelque chose comme dix marques différentes). Qui achète nettoyant à vitres à Cuba?

Le meilleur de tous sont les conclusions des victimes: on entend, comme toujours, plusieurs versions:
1 - Tous les magasins vont fermer peu à peu à faire partie de la FAR (Forces Armées Révolutionnaires).
2 – Ce qui ce passe c'est qu'il n'y a plus d’investisseurs étrangers situés à Cuba qui peuvent vendre leurs produits parce qu'ils ne peuvent pas sortir leur argent des banques à Cuba et ils ne peuvent pas effectuer des transactions dans leur propre pays.
3 - Le problème est que Cuba ne dispose pas de l'argent maintenant pour acheter des produits, et ce qui est dans les magasins sont les produits qui étaient déjà là et que personne n'avaient acheté.

J'aime la troisième conclusion parce que c'est lié au nettoyant à vitre, et je me demande qui songerait à acheter du nettoyant à vitre dans un pays où presque toutes les fenêtres sont en bois. D'autre part il semble que les étrangers ne sont pas les seuls qui ne peuvent pas sortir leur argent des banques, un ami m'a dit que dans le but de collecter les 5000 pesos que son père lui a laissé comme un héritage qu'il a dut faire tant de paperasse, qu’il ne sait plus s'il pourra mettre la main sur l'argent.

Comme rien de tout cela n’est discuté dans le journal Granma, je ne sais pas quelle version est vraie, ou semi-vraie, ou complètement fausse. Maintenant, je dois marcher six heures pour être en mesure de faire la vaisselle tous les soirs. Pendant que je marche dans la rue, je me demande à quoi bon ça sert le Parti Communiste Cubain (PCC) et Raúl Castro de garder l'économie du pays dans cet état? Nous sommes dans la crise numéro quoi? Pourquoi y a t’il du papier de toilette dans un seul magasin dans l'ensemble de La Havane? S'agit-il d’actes d'équilibre causés par la crise économique, ou est-ce ce qu'on appelle communément le blocus interne?

Wednesday, August 26, 2009

Festival Rotilla et Concert de La Babosa Azul



La première fois que je suis allé à Rotilla j'avais 15 ans, nous étions 50 et les conditions étaient très mauvaises. Je ne suis jamais retournée jusqu'à ce samedi et je suis revenu à la maison avec une certitude: ça valait le coup. Lorsque l'autobus arrivé à la plage Jibacoa j'ai senti que j'avais fait le voyage sur un avion et que j'avais atterri dans un autre pays.

Il y avait plus de 5000 personnes logées sur les lieux et pendant des heures et il n'arrêtait pas pleuvoir mais personne ne s'en souciait. Les organisateurs avaient mis en place quatre scènes: vidéo, musique techno, rock-rap et de fusion (j’ai partagée mon temps entre les deux dernières). Les gens dansaient avec leurs tentes, nageaient dans la mer, en disant: finalement, que Rotilla avait une «atmosphère électrisante énorme.» Toutefois, parmi les jeunes étaient des hommes en chemises à carreaux * qui ne semblent pas cadrer avec l'événement, je me demandais ... ce qu'ils faisaient dans les parages à s'ennuyer.

La mauvaise chose est que je me sens incapable d'écrire une chronique réaliste de mes dernières 24 heures sur la plage, tout cela était une surcharge sensorielle: la liberté et la joie serait le meilleur résumé de ce que je vivais à ce festival. Voici quelques photos et une petit vidéo du concert de La Babosa Azul.

Note du traducteur
Hommes dans des chemises à carreaux = services de sécurités mal déguisés.






Sunday, August 16, 2009

Dangerosité pré-criminelle



Photo prise de hhh.

Parmi ceux qui, chaque jour, sont arrêté pour « dangerosité » à Cuba, aujourd'hui, c’est le tour de Panfilo. Il sera derrière les barreaux pour deux ans pour avoir crié qu'il était affamé devant une caméra, parce que c'est ce que le gouvernement considère dangereux. Je me souviens très bien les paroles de l'avocat de Gorki, le jour avant le procès, en Juillet de l'année dernière: pour vous condamner ils n'ont pas besoin des preuves, une déclaration de la police c’est assez, personne ne s'échappe. En passant, il nous a dit que les accusations servaient très bien les fonctions de la machine répressive très bien, c'est que maintenant ils n'ont même pas besoin de respecter les formalités législatives pour emprisonner quelqu'un.

Le procès m'a donné envie de pleurer, j'ai vu le chef du secteur et l'un de ses subordonnés mentir. La langue de la Sécurité de l'État mettait des mots dans la bouche des deux agents de police dont les mains tremblaient pendant qu’ils faisaient leurs déclarations. Ensuite, Heidi est venue, la présidente du CDR de la zone de Playa et une professeure d'histoire de l'art à l'Instituto Superior de Artes. Avec elle il n'y avait pas de doutes: pas un mot qu'elle a dit était vrai, le pire est qu'elle a mentie par conviction qui est, sans aucun doute, la chose la plus triste que vous pouvez voir à partir de la galerie.

C’est répugnant d'imaginer le niveau arbitraire que ce gouvernement peut atteindre par le biais de ses canaux pour écraser le peuple et tout leur enlever, même de leurs propres idées. Si je ne l’avais pas vu de mes propres yeux, je n'aurais peut-être jamais compris.

Pour Ceux qui ne Peuvent s'Adapter



Photo: Sculpture à l'entrée du Cinéma Chaplin, entre le 23 et 10, Vedado.

Quand j'avais 14 ans j’étais en 9ième année et la seule chose dont j'étais certaine était que je ne voulais pas aller dans un pensionnat. C'est la raison pour laquelle je n'ai pas pris les examens d'entrée à l'école de Lénine. Je ne savais pas si je serais acceptée à San Alejandro école: dans le temps, ils ne réservaient que sept place pour la ville de La Havane et, comme tous les élèves du primaire en arts plastiques savaient, cinq de ces places avaient déjà des noms et des noms de famille. Étant adolescente, je n'avais aucune idée de ce que j'allais faire de ma vie et j'ai entendu des rumeurs que le choix de faire les trois années pré-universitaires à l'école sans pensionnat voulait dire sois une grande somme d’argent que ma famille n’avait pas ou qui de vivre dans une extrême pauvreté.

Donc j’ai fini l'école secondaire sans prendre d’examen d’admission et sans mon certificat de pré-universitaire pour une école sans pensionnat. J'ai opté d’aller à l’école "Héros de Chapultepec", un pensionnat pour la formation des enseignants, avec l'espoir que les trois années passeraient vite et que par la suite je puisse aller à l'Université de La Havane pour étudier la biologie.

Après à peine trois semaines à Chapultepec, dans la ville de Güira de Melen, j'avais perdu 15 livres. Ils me donnaient un inhalateur, Salbutamol, deux fois par jour, et j’étais sur l'aminophylline par voie intraveineuse, un broncho-dilatateur. À l'école, le médecin est le seul qui s’est rendu compte, à part de moi, que je ne m’adaptais pas bien.

Ma mère est allée à tous les ministères avec les documents du médecin de l'école disant que je devais être transféré à un non-pensionnat. Trois semaines plus tard, j'étais hors de l'école avec un certificat, et je suis restée à la maison en attente d'une réponse du ministère de l'Éducation pour savoir ce qu'ils allaient faire avec moi.

Un mois plus tard, ils ont refusé mon transfert à un pré-universitaire local, en disant que ma maladie c’était développée après avoir été au pensionnat et pour aller à une école locale votre condition devais être préexistante.

Enfin, je suis allée étudier la comptabilité et les finances, à partir de la fin du mois de Octobre. Je me souviens encore du premier jour où j'étais assis en classe, je n'avais aucune idée de ce fait d'être un comptable voulait dire.

Thursday, August 13, 2009

Une Autre Génération


Graffiti dans le centre de La Havane

W à 16 ans et il est toujours sur la rue G. J'aime parler avec lui parce qu'il m’inonde d’un sentiment de changement que je ne trouve pas ailleurs dans ce territoire. Il ne me rappelle pas quand j'avais 16ans comme lui, il ne ressemble a aucun de mes amis que j’avais à ce moment là, il y a en lui quelque chose que nous n'avions pas: conscience.

Je sais que le mot sonne un peu « Che-esque », mais il n'y en a pas un autre pour définir un garçon si jeune qui pense déjà à ce qu'il veut faire de sa vie, et lutte pour l'obtenir. Il ne veut pas quitter le pays et sans crainte il joue des chansons de Los Aldeanos, Porno Para Ricardo et La Babosa Azul en petits groupes dans le parc. Il a des idées politiques très intéressantes et dit choses qui me font délirer quand je pense que j’ai presque deux fois son âge. W est venu à trois conclusions:

- Il ne veut pas quitter le pays: « Laissez-les partir, ces vieux hommes », dit-il sans savoir que quelques décennies avant que presque les mêmes mots ont été dit dans une interview par Dulce María Loynaz: « Laissez-les partir, ces qui sont venus plus tard. »
- Il lit tout ce qu'ils lui donnent sur G, de brochures, disques, livres. Il dit que pour être en mesure de savoir ce qui existe dans le pouvoir que vous devez lire tout. L'autre jour, il s’est fâché parce que je l'ai dit que je ne voulais pas lire « Histoire me Justifiera », même si vous me payez.
- Il est convaincu, avec l'ensemble de ses amis, que c’est à bout de souffle, et que vous pouvez « pousser le mur. »

Le Traitre (les preuves)




Texte du «diplôme»: À l'occasion du 40e anniversaire de la Direction Générale de Contre-espionnage et en reconnaissance des activités personnels et des résultats obtenus dans l'accomplissement des tâches de la Sécurité de l'État.

Tiré de la saga: le Ciro contre la Sécurité de l'État

Maintenant, il n’y a aucun doute ... nous avons toujours été trompé ... Dites-moi si ce document, provenant de l'archive ultra-secrète du G2, n’en est pas la preuve. Dans le même dossier, nous avons trouvé cette photo-là et pour couronner le tout, nous avons sa confession.

Les faux Ciro Javier Díaz Penedo a travaillé comme agent secret depuis 1978, l’année où il est né. Il a été affecté à s’espionner lui-même et d'informer sur ses propres activités de façon à ce que ses supérieurs pourraient indiquer quelles mesures il faudrait prendre à son égard. Ainsi, il a informé la Sécurité de l'État sur ses propres concerts et d'autres plans contrerévolutionnaires.

Claudia Cadelo et Van Van n'existent pas, ils sont la même personne: le Ciro. Regardez bien la taille des messages de cette personne Claudia et puis regardez ceux de VanVan, ils sont de le même longueur. Et absurdement (ne pas oublier ce petit mot) antagonistes, ils ne sont jamais d'accord sur rien.

C'est donc de cette manière que ce charlatan essaie de nous tromper, mais il n’y parviendra pas parce que je suis ici. Moi, le Ciro, qui a cherché tous ces éléments de preuve afin de m'exposer moi-même publiquement. Et je veux que vous sachiez que je ne vais pas cesser jusqu'à ce que je le tue, même si ça me tue.

Sunday, August 9, 2009

Les prés-requis de l'UJC



Je n'étais pas encore née, mais ils me disent que dans les années 70, entrer dans l'Union des Jeunes Communistes (UJC) était un honneur. Vous deviez avoir fait preuve d'une intégrité révolutionnaire sans équivoque, avoir participé à toutes les activités politiques ou combattives qui passaient et avoir respecté consciencieusement à toutes les tâches du moment dicté par le commandant.

Mais les années ont passé et cette organisation qui avait pour but de promouvoir un bon élève et révolutionnaire, obtenir un bon emploi et une bonne référence; a perdu la chose la plus importante qui a donné un sens à son existence: l'idéologie. À titre de comparaison, on pourrait dire que c'est comme le grave diagnostic d'un technicien en un ordinateur avec un processeur brisé: il a perdu son cœur.

Et sans son cœur l'UJC a fait son entrée dans les années 90 au cours desquelles j’étais censée être appelé à injecter de mon sang dans ses veines déjà bloqué. Mais, à mon jour, les choses étaient très différentes: sans combativité, sans avoir jamais participé à quoi que ce soit, y compris de ne pas avoir complétée diverses tâches, l'appel est venu à moi quand j'avais treize ans. J'ai accepté et j’ai commencé un processus que, heureusement, ma mère a décidé de suspendre, dès qu'elle en a eue connaissance; parce qu'elle croit que, avant l'âge de 18 ans, on a ni la conscience ni la nécessité d'appartenir à une organisation politique. Je serai toujours reconnaissante envers elle, même si l'équipe de prosélytisme de l'UJC ignore ces arguments, apparemment, ils ont retournés tous mes papiers et je suis arrivé au lycée technique me pensant libre, comme j’étais naïve!

Ils ne m'ont jamais invité à une réunion, ne m’ont jamais rien donné à faire, je n’étais apparemment pas membre de l'UJC. Mes quatre années d'école secondaire ont passé sans que personne ne m’a dit que, dans les dossiers de mon école, ils ont collé à la dernière page, une feuille manuscrite disant que je n'étais pas seulement membre de l'Union des Jeunes Communistes, mais que j'avais accomplit toutes les tâches qui m’avaient étés assigné.

Saturday, August 8, 2009

L'Atutre R

Lorsque je marchais sur la 23ième hier, quelqu'un m'a donné ce bulletin.



Je ne vais pas le transcrire au complet, seulement la partie que j'aimais le plus. Son nom est: l’autre Mouvement R.



Bonjour Cuba:
s
Illuminez votre maison comme façon de dire quelque chose ne va pas. Vous êtes-vous déjà demandé ce qui arriverait si, pour seulement cinq minutes nous allumions toutes les lumières et les appareils électriques de nos maisons, en même temps? Et si chacun de nous a fait en même temps? Peut-être pourrait-on dire d'une manière simple: quelque chose ne va pas, quelque chose doit changer. Exprimez-vous par l'éclairage de votre maison, votre quartier, le 5 août à partir de 8:00 pm à 8:05 pm. Chaque jour, jusqu'à ce qu'ils s’en rendent compte.

Jouer avec les dinosaures par Lazaro Lopez McBean: Jurassic

Quand il a déserté, le dinosaure était toujours là.

Comment se rendre au travail à temps par NA Tamayo

Très probablement vous êtes parmi les nombreuses personnes qui vivent dans le centre de La Havane et travaillez à Playa, ou vice versa. Si tel est le cas (et vous avez le même genre de problème que j'ai), ces solutions ont été faites pour vous:

1 - Quand vous êtes à l'arrêt ne demandez plus qui est le dernier en ligne (vous vous êtes probablement déjà rendu compte que personne ne fait cela). C'est un gaspillage d'énergie et vous allez en avoir besoin de l'énergie quand le bus arrive.

2 - Si vous attentez la P4 et que quelqu'un vous demande si vous êtes en attente pour le P4, dites-leur vous attendez un autre bus. Ainsi, lorsque la première P4 s'arrête, vous n'aurez pas quelqu'un derrière vous. Parce que ce que vous allez faire, c'est vous diriger vers une porte, quelle qu’elle soit, de préférence les portes à l'arrière.

3 - Si vous parvenez à monter par les portes, vous avez fait quelque chose de très bien, car alors vous épargnerez environ 20 pesos par mois. Entrer dans le bus par la porte avant à l'avantage que le chauffeur de bus vous donnera peut-être une chance de descendre du bus à un arrêt différent de celui où le bus s'arrête régulièrement, et ceci c’est si au lieu de jeter l'argent dans le boitier vous lui avez donné en mai propre. Mais attention, avec cet argent, vous pouvez être vu par un autre cubain et .... vous savez.

4 - Installez-vous confortablement dans un endroit où personne ne peut vous déranger, vous frappe ou vous voler. Ensuite, oubliez que vous êtes dans la rue, dans le bus et il y a beaucoup de gens. Pendant ce temps, le moins vous aider les gens à monter et à trouver une place, plus le temps sera perdu au premier arrêt, de sorte que le conducteur sera toujours inquiet et commencera à sauter l'arrêt suivant, ce qui rendra le voyage très rapide.
Note: Si vous êtes un homme ne prenez jamais un siège, les sièges sont des femmes et des hommes qui ont oublié comment vivre.

5 - Quand c’est le temps de descendre, toujours dire les mots magiques, mais aussi pousser.

Wednesday, August 5, 2009

Inflexible Dans Leurs Principes et Leur Dignité




Remettre des disques sur la rue G fait désormais partie de mes nuits d'été. Je suis un peu timide, je parle à peine et offrant le disque en silence et en essayant de ne pas interrompre la conversation. Je ne suis pas la seul à distribuer des choses: les gens viennent des églises, des promoteurs de danse techno, des fanzines Rock, des sondeurs et des jeunes créateurs (il me semble que nous formons une faune légèrement monolithique tous ensemble).

Mon disque est appelé Voces Cubanas et presque tout le monde pense, c'est de la musique. Mais la nuit dernière un frikie à pensé que c'était un disque de chants religieux, il l’a détruit avec ses mains et l’a piétiné à plusieurs reprises avec ses bottes, des morceaux de plastique volaient partout. Le tout semblait horrible à mes amis, mais pour moi, tout d'abord, ça m'a fait rire de voir quelqu'un qui agissaient comme ça avec des véhicules d'information, je suppose que les gens de la Sécurité ont la même envie quand ils voient l'ensemble des mémoires flash, des cartes mémoire, disques durs externes et des CDs. L'une d'entre personnes est vite revenus nous voir pour savoir ce que c'était qui avait été cassé, nous avons répondu, "Ne vous inquiétez pas, Dieu vous aime".

Ils sont restés un peu plus loin et nous sommes presque morts de rire, ils ne comprennent jamais rien. Une telle attitude à l'égard des personnes qui croient en Dieu est une honte et une caractéristique de la politique de béton. Toutefois, J'aimerais savoir si cet homme a une attitude agressive quand son président CDR frappe à sa porte et lui demande de payer la cotisation annuelle de cette organisation; si quand il était étudiant, il a refusé avec la même intensité de couper ses cheveux; si jamais il s’est opposé verbalement à un abus de pouvoir par la police; si il détruit toutes les banderoles sur la rue G qui lui disent de « ne pas être paresseux » et de « se mettre au travail »; s'il a été capable d'enregistrer son mécontentement avec le système.

Ce qui se passe (ou pas) à l'Université de la Havane




Un professeur de l'Université de La Havane m'a dit qu'il avait vu des membres du Ministère de l'éducation et de fonctionnaires se réunir. Il semble que l’attitude "combattive" des étudiants laisse à désirer.

Le seul exemple concret sont les bourses offertes par la Section des Intérêts des États-Unis pour étudier aux États-Unis: «Aspirer à la bourse d'études indique, au moins, une idéologie inacceptable et irrecevable, d'autant plus grave dans le cas des étudiants sélectionnés par les États-Unis qui rend sa décision après avoir procédé à une discussion politique avec eux. "

Ces mots me transporte à une salle de classe de Colina sans air climatisé, à 1h00 de l'après-midi: Des anciens "combattants" de 60 ans tentaient de convaincre quelques garçons de 23 ans qu'ils ne pouvaient pas aller à Washington DC étudier l'histoire pour un mois c’était "mauvais". Le plus triste est que, après ne pas avoir été en mesure de les convaincre, La Patrie a niée les cartes blanches nécessaires pour voyager. Toutefois, ce n'est pas la seule raison concrète que le Parti inclus cette phrase dans son rapport: «Nous avons besoin de secouer le système de l'enseignement supérieur, persuader et convaincre ses fonctionnaires, ses professeurs, ses étudiants et ses travailleurs des risques à la Révolution» ( ...), Nous nous souvenons toujours ici, à La Havane, que l'Union des Jeunes Communistes n'a pas été en mesure de forcer ses membres de crier des obscénités aux Femmes en Blanc depuis les escaliers pendant leur marche; qu’à Santiago de Cuba, de l'université a dû fermer pendant trois jours à cause d’un mouvement étudiant qui s’appelait « Joignez-vous et vous ne serai pas seul »; et que Eliéser Avila * de l'Université des Sciences Informatique a réussi à faire diffuser Alarcón *, qui parlait de la contamination du ciel, sur le «Discovery Channel».

Ce document est intitulé LA REMISE EN ORDRE DU TRAVAIL POLITICO-IDEOLOGIQUE DES UNIVERSITE, et dans ses six pages très dense il y a une petite liste des idées-clés pour l'éducation et l'idéologie politique au travail. J'ai pensée à écrire un post sur le sujet de certains des thèmes du document, mais il est trop long avec trop peu de détails (typique des pamphlets PCC), j'ai donc décidé de le télécharger pour ceux qui sont intéressés, et vous pouvez le lire ici.

Note du traducteur
Lors d'une réunion derrière portes fermées entre Ricardo Alarcón, président de l'Assemblée du Peuple, et les étudiants de l'Université des Sciences Informatique, un représentant des étudiants, Elieser Avila, a posé un certain nombre de questions qui ont été capturés sur vidéo non officielle et, par la suite diffusée dans le monde entier. En plus des questions sur le manque d'accès à l'Internet pour les Cubains et les raisons pour lesquelles une brosse à dents coute l’équivalent de 2-3 jours de salaire, Alarcón a été questionné sur les restrictions de Voyage. Il a répondu que si tout le monde à Cuba décidait de Voyager il y aurait trop d'avions dans le ciel, et ils auraient des multiples collisions aériennes.

Sunday, August 2, 2009

Une Sorte de Grippe



Photo prises au cours de la biennale de La Havane

Il y a dix jours, j'ai commencé tousser et avoir la grippe. Je suis allée à la pharmacie pour acheter des sirops contre la toux, de vitamines et de l'acétaminophène, pour me préparer a combattre ma première grippe estivale. Ils n'y avaient rien. Comme la chose la plus importante est de rester hydratée, je me suis résignée à me guérir avec de l'eau. Le cinquième jour, je n’allais toujours pas mieux, je suis retourné chez le médecin qui a écouté mes poumons et m'a diagnostiqué avec l'asthme. Comme je n'avais pas de fièvre, de douleurs musculaires ou de maux de tête, il a exclu le H1N1 et a ma prescrit une pompe.

Vingt-quatre heures plus tard, j'avais toujours tant de mal à respirer, je suis allé à une amie qui est médecin et qui finit toujours par sellés avec moi. Elle n'a pas eue à faire plus que d'écouter ma respiration avec un stéthoscope sur mon dos pour me dire:

- Bien sûr, la pompe n'a pas rien faite, tu n’as pas l'asthme, c'est logé dans tes poumons ... dans deux jours, tu auras une pneumonie si tu ne commence pas à prendre des antibiotiques.

Heureusement, je suis déjà mieux, un don entre amis a donné:

- Deux tubes de vitamine C
- Un tube de multivitamines,
- Une bande de dipyrone, un anti-inflammatoire.

Je dois prendre le taureau par les cornes, une fois de plus, contre le système de santé cubain. En parlant à des gens que je connais, par exemple, un médecin n'est pas autorisé à prescrire des médicaments qu'ils n’ont pas à la pharmacie. Par exemple, si vous avez un rhume et que la pharmacie n'a rien à vendre, ni les sirops contre la toux, ni de vitamines. Ensuite, habituellement tu demanderais au médecin si le médicament peut être acheté à l'occasion dabs une pharmacie internationale ou à demander à un membre de la famille à l'étranger, mais le médecin n'est pas autorisé à donner cette réponse.

Dans le cas où il n'est pas possible d'obtenir le médicament, même pas en CUCs et vous n'avez pas de famille à l'étranger, vous êtes supposé d’avoir le droit de faire appel pour l’obtenir par le biais de la loi 232, qui dit que l'État fera en sorte de l’acheter et de le distribuer. J'ai deux amis qui ont été dans cette situation, aucun des deux a réussi à même de commencer les formalités, car le médecin qui l'a vu pensait que l'affaire n'était pas suffisamment important pour être présenté à la commission qui examine les demandes pharmacologiques pour ensuite l'élève à le ministère, où ils l'examinent et l'approuvent de nouveau. Dans le premier cas, la personne est décédée d'un arrêt cardiaque et la deuxième personne est en train de perdre la vue par manque d'une vitamine.